Diabolic – SJ Kincaid

Bonjouur, je reviens vous parler de Diabolic de SJ Kincaid aux éditions
BAYARD JEUNESSE  !

« Avez-vous déjà observé un tigre ?
Il possède une mâchoire assez puissante pour broyer l’homme le plus robuste, des muscles d’acier capables de traquer n’importe quelle créature.
Pourtant lorsqu’il attaque, il donne la mort avec une grâce aérienne. »
Un DIABOLIC n’est pas un humain.
Un DIABOLIC est programmé pour être fidèle envers une seule personne.
Un DIABOLIC n’existe que pour protéger son maître. Quitte à donner sa vie. Quitte à en prendre d’autres.

Malheur à vous tous, car vous vivez sous le règne d’un démon d’une intelligence exceptionnelle.

Beaucoup de gens imaginent des livres adaptés en films, et moi la première, je lis énormément de livres en les visualisant très bien en livre, mais ce livre est une exception. Je ne l’ai pas visualiser en film, je l’ai très bien imaginé en jeux vidéo.
J’aime un genre de jeu peu répandu, les jeux interactifs : Heavy Rain, Detroit etc… Et donc le principe de ce genre de jeux c’est que la suite des événements est liée aux choix que vous faîtes. Et donc dans Detroit on est en 2050 et on joue des Androïdes. Il ne sont pas humains et pourtant ils développent une conscience et des sentiments. Bref, plus je lisais Diabolic, plus j’avais envie d’y jouer.

Je t’avais bien dit que tu as en toi la même étincelle divine que moi. J’avais raison depuis le début, Némésis.

J’ai apprécié ma lecture au point de voir tout ce qui aurait pu se passer si le personnage avait réagit autrement. Et je serais prête à signer une pétition pour pouvoir jouer son personnage. L’univers est incroyable et j’adore l’idée qu’il puisse exister des Diabolics, Némésis est un personnage vraiment incroyable et j’ai adoré la suivre.
C’est un monde monté de toute pièce : un bout de galaxie rempli de planètes telluriques pour les plus pauvres et de stations spatiales grandes comme des villes pour la grandiloquie. Au début, j’étais assez perdue car il y a beaucoup de termes et notions ajoutées, les noms ne sont pas tous faciles à retenir, et je me suis souvent mélangée les pinceaux entre les personnages.
En outre, j’ai adoré ce pavé de 600 pages. Et ci vous pensez pourvoir l’aimer autant que moi, je vous invite à le trouver ici.

Sur ces belles paroles, je retourne à mes livres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s