La vie qui m’attendait – Julien Sandrel

Bonjour ! J’espère que vous allez bien en ce 12 mars 2019 !

Je reviens aujourd’hui vous parler de La vie qui m’attendait de Julien Sandrel aux Editions Calmann-Lévy.


L’année dernière, j’ai adoré la plume légère et pleine d’émotion de Julien Sandrel, avec La chambre des merveilles. Son roman m’avait touché, alors le 6 mars, j’étais en libraire pour acheter La vie qui m’attendait, et j’ai arrêté toutes mes lectures pour passer celui-ci au dessus de la pile.

Dans ce livre, on fait la connaissance de Romane qui est un personnage très renfermée sur elle-même, elle n’a pas de mari, pas d’enfant, pas d’ami. Sa vie se concentre principalement sur son métier et sur son père. Romane est également un personnage qui vie au quotidien avec d’énormes peurs et angoisses transmises par son père. Jusqu’au jour où Romane va découvrir l’existence de son sosie et va combattre ses peurs pour aller à sa rencontre.

Ce que j’ai apprécié dans ce livre c’est les notions qui sont abordées. Romane et Juliette sont les opposées, et pourtant se ressemblent trait pour trait. Romane est anxieuse de tout ce qui pourrait arriver, les microbes, le danger en général. Cette peur de tout lui vient de son père qui la surprotège puis 39 ans. Les raisons pour lesquelles il la protège de la sorte sont touchantes, et je pense qu’à sa place j’aurais agit de la même manière. Juliette quant à elle est pétillante, joyeuse, colorée, et elle tient probablement sa joie de vivre de sa mère italienne dont le personnage m’a fait rêvé. J’entendais presque le son de sa voix dans mon oreille Juliette est maman de Marie, une petite fille tout aussi pétillante que sa maman.

Si on ne sait pas l’on aime, on est protégé de la souffrance

La plume de l’auteur est toujours autant empreinte d’émotion et lumineuse. Les personnages sont attachants, nous n’avons pas envie de les lâcher au fil des chapitres.  Et je voudrais quand même abordé la présence poétique de Mme Racine dans ce livre. Ce personnage a été la petite touche parfaite à cette histoire. Mme Racine erre dans le magasins, touche aux livres et repart discrètement, rapidement, sans jamais ne rien avoir acheté. Je ne pense pas qu’elle ait prononcé un mot du livre, ce qui la rend énigmatique. Ce qu’elle fait chaque fois qu’elle entre dans la librairie m’a fait rêvé. Et je souhaiterais du fond de mon cœur avoir une Mme Racine dans ma vie.

Elle me sourit. Elle me sourit et pleure en même temps. C’est terrible, c’est beau, incroyablement fort. J’ai beaucoup de mal à respirer correctement mais je m’en moque.

Ce roman est un vrai coup de cœur ! Les chapitres ont l’avantage d’être courts et très entraînants. En tant que lecteur, il nous est impossible de refermer « La vie qui m’attendait ». Les plus gourmands le dévoreront facilement en un week-end.  Chaque fois que je lis un roman de Julien Sandrel, j’ai presque envie de prendre un jour de congé pour pouvoir lire, et que lire. Je voudrais ne jamais quitter cette histoire, baigner dedans jusqu’à la fin des temps. Et une fois que j’ai refermé le livre, je n’ai eu qu’une seule envie : Que Julien Sandrel réécrive un livre.

Je veux vivre. Je veux tomber amoureuse, avoir un enfant, surmonter mes peurs, voyager, respirer, chanter, rire, pleurer, m’émerveiller, savourer, tomber, me relever, me sentir exister. Je veux vivre tout ça. Et bien plus encore.

Merci infiniment à Julien Sandrel pour sa plume parfaite.
Sur ces belles paroles, je retourne à mes livres,

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s